Société

Cap Kivu, une initiative pour soutenir l’Hôpital Panzi au Congo

Le groupe Afro-Rock Bala, organise une campagne de financement participatif afin de produire un mini album engagé baptisé Cap Kivu. Les bénéfices de cette opération seront intégralement reversés à l’Hôpital Panzi au Congo.

Etant opposés à l’injustice et à toutes les formes d’oppression, le groupe BALA lance une opération pour dénoncer ce qui se passe depuis des années dans la région du Kivu, au Congo. Sven et Tshim qui forment ce duo rock Afrogroove franco-congolais, ont en effet décidé de lancer une campagne de financement participatif pour réaliser Cap Kivu, un mini album de 6 titres, et dont les bénéfices seront reversés intégralement à l’Hôpital Panzi du Docteur Mukwege. Cet établissement situé à Bukavu dans la province du sud Kivu, à l’Est de la RD Congo, soigne les blessures des nombreuses femmes victimes de violences sexuelles dans cette région.

La campagne a été lancée ce lundi 15 mai sur la plateforme kisskissbankbank. Pour en savoir plus et pour soutenir cette initiative, cliquez sur ce lien 

Le groupe qui est basé en France envisage par ailleurs de faire une tournée à l’international, notamment au Canada, dans le cadre de leur projet Cap Kivu,

Découvrez l’univers musical de Bala sur leur site Web : https://www.bala-music.com/

Ouvrir la voix, le film qui met des mots sur nos maux

Ouvrir la voix, le film qui met des mots sur nos maux

Présenté en avant première à Montréal dans le cadre de l’édition 2017 du Mois de l’Histoire des Noirs, le film documentaire écrit et réalisé par Amandine Gay, Ouvrir la Voix, questionne sur la place des femmes noires dans la société et ce, du point de vue des intéressées elles-mêmes.

Continue reading

Créer une marque collective : une nécessité économique pour la communauté noire

Misons sur notre force collective. C’est le principal message que l’on retiendra de la première conversation économique organisée par l’équipe du Forum Economique International des Noirs (FEIN) le 16 février 2017 à Montréal.

Continue reading

On parle racisme au Québec dans le prochain numéro de la revue A bâbord!

Le numéro 67 de la revue A bâbord!, disponible en kiosques le 9 décembre 2016, est consacré au thème du racisme au Québec.

revue A bâbord! - numéro 67 sur le racisme au QuébecSelon les informations disponibles sur le site Web de la revue A bâbord!, le numéro 67 intitulé « Racisme au Québec – Au delà du déni », abordera les réalités des communautés autochtones, noires et musulmanes du Québec.

Ce numéro sera disponible en kiosques à partir du 9 décembre 2016. Continue reading

Simon Worou : « Il faut arrêter de s’en prendre aux immigrés »

Noir et fier de l’être, Simon Worou, 45 ans, est maire de Sainte-Juliette sur Viaur dans l’Aveyron. Sa nature positive lui permet de passer les épreuves de la vie auxquelles il est confronté, telles que la discrimination et le racisme. Entretien avec un homme au grand coeur.

Simon Worou - Photo Afp.com / Jose Torres
Simon Worou – Photo Afp.com / Jose Torres

Racontez-nous votre parcours…
Après mes études, un BAC C à Lomé au Togo, j’ai fait dès 1998 l’école des sous-officier de l’armée de l’air à Rochefort Saint-Agnant en Charente-Maritime. Puis je suis parti travailler pendant deux ans en Allemagne à Fribourg où j’avais un frère qui était installé là-bas. Puis je suis revenu en Aveyron car on avait envie d’y retourner avec ma femme que j’avais rencontré à Rodez pendant des vacances de l’armée. Elle est originaire de ce département, ses parents y sont agriculteurs. Nous nous sommes installés à Sainte-Juliette sur Viaur, dans sa ferme natale, où nous avons aménagé une grange. On y vit depuis 2003.

Parlez-nous de Sainte-Juliette…
C’est un petit village. Nous avons dépassé le cap des 600 habitants. C’est un village mixte entre agriculteurs et lotissements. Nous ne sommes pas loin de Rodez, la préfecture. On a un café de village pour seul commerce.

Vous avez quitté le Togo pour l’Aveyron en passant par l’Allemagne… Pourquoi l’Aveyron ? N’est-ce pas particulièrement difficile dans un département où le métissage culturel est quasi nul ? 
Au départ, les habitants étaient très méfiants, c’est vrai. Continue reading

Binta Diallo veut briser le tabou de l’excision

binta-5657

Installée aujourd’hui en Guinée après avoir suivi des études en information et communication à La Sorbonne Nouvelle à Paris, Binta Diallo, 25 ans, fait parler d’elle sur Change.org, le site très en vogue de pétitions en ligne. En un mois, son engagement contre l’excision a recueilli plus de 100 000 signatures. Elle demande à la ministre de l’Education d’inclure le sujet de l’excision dans le plan national de sensibilisation aux violences faites aux femmes qui est dispensé dans les établissements scolaires.

Continue reading

Deza Nguembock : « Changer la vision du handicap »

Deza Nguembock_Darnel Lindor

Camerounaise installée à Paris depuis une vingtaine d’années, Deza Nguembock a fait de son handicap sa force. Une scoliose qui la déforme. Une insuffisance respiratoire. A 42 ans, elle est pourtant bel et bien debout et à la tête de l’agence E&H LAB, à l’origine de la campagne « Piétinons les préjugés » relayée dans plusieurs villes françaises et à l’étranger. Rencontre avec une battante. Une femme, tout court.

Continue reading