Deza Nguembock : “Changer la vision du handicap”

single-image

Deza Nguembock_Darnel Lindor

Camerounaise installée à Paris depuis une vingtaine d’années, Deza Nguembock a fait de son handicap sa force. Une scoliose qui la déforme. Une insuffisance respiratoire. A 42 ans, elle est pourtant bel et bien debout et à la tête de l’agence E&H LAB, à l’origine de la campagne “Piétinons les préjugés” relayée dans plusieurs villes françaises et à l’étranger. Rencontre avec une battante. Une femme, tout court.

Présentez-vous…

Je suis née au Cameroun dans une famille nombreuse de 12 enfants. J’ai eu des problèmes de santé quand j’avais 4 ans. J’étais une enfant malade, choyée par ma famille. Le handicap n’a pas été un problème dans ma vie jusqu’à ce que j’arrive en France où je me suis retrouvée livrée à la société occidentale différente de la société camerounaise. Ma prise de conscience des différences liées au handicap a commencé à ce moment là. Je suis venue pour des raisons de santé. J’ai longtemps été hospitalisée, de 1996 à 1997. J’ai été opéré puis suivie une année de rééducation en 1998 avant de retourner à la faculté. J’ai fait trois ans à la Sorbonne Nouvelle pour décrocher une licence en littérature anglaise. J’ai ensuite effectué un master en e-Business à l’Université du Connecticut aux USA. Enfin, je suis revenue en France pour chercher du travail.

Quand et comment avez-vous monté votre société E&H LAB ?

Je n’y avais vraiment jamais pensé pendant mon parcours universitaire. C’est en prenant conscience des difficultés que je pouvais avoir en tant que demandeur d’emploi en situation de handicap que tout cela a commencé. J’ai réfléchi sur tous ces freins et à la meilleure manière de changer le regard de la société sur le handicap. Au départ, en 2007, ce n’était pas un projet de société, mais un projet artistique qui voulait participer à l’évolution des perceptions. Et au fur et à mesure de l’engouement, le projet d’entreprise a commencé à se dessiner.

Et aujourd’hui, où en êtes-vous ?

L’agence commence à se faire connaître. Cela fait cinq ans maintenant. Elle est en plein développement. Nous avons un pôle conseil, un pôle communication et un pôle événementiel. Et des salariés qui commencent à intégrer la boîte durablement. J’ai dix personnes dont quatre en CDI. Nous avons un projet de développement au niveau de l’Afrique. Mon premier projet a été lancé au Cap en Afrique du Sud.

Quels sont les contenus de vos projets et actions ?

C’est une agence de communication avant tout qui s’est spécialisée sur du conseil RSE; nous créons tout type de supports de communication, nous élaborons des stratégies RSE, nous organisons des événements internes autour des conférences, projections de film, des ateliers de team-building… Ces événements internes ont pour objectif d’accompagner durablement l’intégration des différences dans l’entreprise, le handicap étant une différence comme une autre.

Avez-vous été victime de discrimination ?

Je ne saurais pas dire si c’est lié au handicap ou au fait que je suis une femme noire dans une société occidentale. Je ne me suis jamais arrêtée à ce genre de considération car c’est ce qui me permet de mûrir mon projet de vie et d’entreprise.

Nous sommes en 2016 et les mentalités changent pourtant peu ou très lentement…

C’est normal car les choses se construisent dans la durée. Il faut y aller avec beaucoup de pertinence, d’insistance et de persévérance pour les déconstruire.

Quel projet vous tient à coeur afin de combattre les préjugés ?

Chacun doit participer, impulser une dynamique. Notre campagne “Piétinons les préjugés” a été très bien reçue. L’agence a atteint une certaine notoriété. Cette campagne a été déployée fin 2014 sur le parvis de l’hôtel de ville à Paris, est descendue pendant six semaines dans les métro franciliens, puis place du Capitole à Toulouse. Nous l’avons également lancée sur la place du Monument de la Renaissance à Dakar en février dernier en partenariat avec Well’Comm Consulting, une agence locale dirigée par Fabienne Diouf. C’est une campagne qui bouge et touche beaucoup de personnes. On la déploie sur toutes les différences.

Observez-vous des signes positifs vis-à-vis de la perception et de la prise en compte du handicap en France ?

Il y a encore du chemin à faire. La loi du 11 février 2005 a permis d’installer cette problématique du handicap dans les médias. De plus en plus d’entreprises se mobilisent sur le sujet. Je suis assez optimiste. Si tout le monde y met du sien, on va y arriver.

Quels sont vos projets en cours ?

Nous avons été sélectionnés pour mener un travail sur trois ans. Nous avons été sollicités pour réfléchir sur les mentalités face au handicap sensoriel. Je souhaite également garder un lien avec l’Afrique. Ces liens sont très forts et m’accompagnent car je porte l’Afrique en moi. Evidemment, si on ne sait pas d’où l’on vient, on ne sait pas où on va. Si j’avais eu mes problèmes de santé en France, je ne serai pas la même femme. Je reviens justement du Sénégal où on a commencé à mettre en place le projet “Piétinons les préjugés”. Et le gouvernement a déjà voté une loi sur cette problématique.

Une dernière annonce à faire ?

Oui, nous emménageons dans le somptueux quartier du Palais Royal à Paris où nous installons un lieu  dédié à l’innovation sociale. Nous l’avons baptisé le 15/8, qui symbolise notre nouvelle adresse, au croisement des rues de Valois et du Colonel Driant. Nous allons y organiser beaucoup d’opérations événementielles afin que nos cibles s’imprègnent de notre vision d’un monde meilleur où diversité, innovation et la non convention règnent. Des publics divers seront invités de temps à autre dans ce lieu d’inspiration et de dialogue pour prendre part à nos brainstormings, happenings, ou tout simplement regarder nos installations. Nos nouveaux projets seront ainsi présentés en avant première à nos partenaires et à la presse dans ce même lieu où E&H LAB continuera de créer de nouvelles images pour impacter positivement la société afin que chaque individu, quel que soit son statut, puisse s’épanouir tant dans la cité que dans les entreprises. Enfin, notre nouveau site web est en ligne et montrera tous nos projets.

Recueilli par Florian Dacheux

Site web de l’agence E&H LAB : http://www.e-hlab.com/

Crédit photos : Darnel Lindor & Angèle Essamba