Diariatou Kebe nous présente son livre « Maman noire et invisible »

single-image

Interview-portrait de Diariatou Kebe, femme active, blogueuse et auteure du livre témoignage « Maman noire et invisible » disponible depuis fin octobre 2015.

Diariatou Kebe

Interview-portrait de Diariatou Kebe, femme active, blogueuse et auteure du livre témoignage « Maman noire et invisible » disponible depuis fin octobre 2015.

Biloa Magazine : Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre parcours?

Diariatou KEBE : Je suis Diariatou KEBE mais tout le monde m’appelle Dia ! J’ai 34 ans et j’ai un fils qui a 5 ans. Je suis une maman qui travaille mais je suis aussi blogueuse, twitteuse, fan de Beyoncé, soninké, afro-féministe, française, musulmane et noire.

Votre actualité c’est la sortie de votre premier livre « Maman noire et invisible ». Qu’est ce qui vous a donné envie d’écrire ce livre?

Ce livre est avant tout une compilation des billets publiés sur mon blog [Clumsy.fr]. Cela fait des années que j’y pense mais je n’aurais jamais cru que cela se ferait. Je suis une amoureuse des livres alors quand je suis tombée enceinte j’ai cherché des livres à lire, des guides avec des astuces, des bons plans, etc. je n’ai rien trouvé qui me « parlait », rien qui me corresponde vraiment. Il existe de très bons livres mais finalement ils ne prennent pas en compte les femmes noires… Nous n’existons pas. Dans une société française qui nous rend invisibles, je sais que je n’aurai pas du être étonnée et pourtant j’ai été frappée par ce manque flagrant.


Est-ce un livre témoignage basé sur votre propre expérience ou trouve-t-on des histoires vécues par d’autres femmes?Livre maman noire et invisible 2

C’est avant tout ma propre expérience. Il s’agit d’un guide décalé de grossesse / maternité pour dédramatiser cette parenthèse de vie et une réflexion sur le racisme et les discriminations.

Pouvez-vous nous citer des exemples de sujets que vous abordez dans votre livre?

J’y aborde notamment les microagressions pour mettre un mot sur les « phrases » que nous entendons souvent du type : « Tu parles bien le français », « Mais toi, tu n’es pas pareil ! », entre autres choses. Je parle des cheveux pendant et après la grossesse mais aussi de la dépranocytose, des vertus du massage du nourrisson, de l’importance des rôles-modèles positifs. Et bien d’autres sujets à découvrir.

L’un des fléaux que vous dénoncez dans ce livre, mais aussi sur votre blog et les réseaux sociaux, est le racisme et la discrimination existant en France. Comment appréhendez-vous cette problématique au quotidien, en tant que femme, noire et maman?

Je pars du principe que je suis légitime pour parler du racisme et des discriminations car je les vis. Le pire quand on est en France c’est que notre parole est dévaluée, confisquée alors qu’elle devrait faire foi. C’est extrêmement frustrant et très décourageant. Au quotidien j’utilise les réseaux sociaux et mon blog pour dénoncer le racisme et les discriminations. J’essaye de pointer du doigt les autres « racismes » mais aussi le sexisme.

L’aventure du livre et les rencontres sur le net m’ont permis de comprendre que la dénonciation c’est bien mais agir c’est mieux ! Du coup j’essaye de promouvoir à mon niveau les créateurs, les artistes et les initiatives portées par les afro-descendants. Et j’ai mis en place en book club qui a pour but de mettre en place des rencontres pour parler de la place de la femme noire dans la littérature.

Par rapport à mon fils, je fais attention au choix des dessins animés, des livres, des jouets et je l’écoute. J’essaye de faire en sorte qu’il ait une certaine « ouverture aux possibles » qu’il voit comme le monde ne s’arrête pas ce qu’on nous donne à voir.

Avec ce livre, est-ce pour vous une façon de contribuer à faire changer les choses?

J’espère surtout qu’il sera utile aux jeunes futures mamans. Il est à la fois informatif, décalé et sérieux donc s’il peut susciter un débat ça serait un bon début. Maintenant j’espère juste qu’il puisse ouvrir la voix à d’autres. Que les femmes noires se disent c’est du boulot mais c’est possible. Que les éditeurs, les décideurs se disent qu’il y a un véritable manque à combler : faisons le, donnons une vraie chance à d’autres.

Quels sont vos prochains défis ? Envisagez-vous d’écrire un autre livre?

J’espère lancer une revue littéraire sur le web dans le but de faire découvrir des talents. Continuer à développer le Clumsy Book Club et oui pourquoi pas un second livre !

Merci pour vos réponses souhaitez-vous faire un dernier commentaire?

Non ! merci à vous pour vos questions !

Lire en complément le communiqué de presse de la sortie du livre ici.