Elsa Rakoto nous parle de son magazine web, Afro Kidz Style

Elsa Rakoto, rédactrice web freelance de profession, nous présente Afro Kidz Style, un magazine web entièrement dédié à l’enfance afro et aux familles noires vivant en France.

Elsa Rakoto, fondatrice du magazine web Afro Kidz Style

Elsa Rakoto, rédactrice web freelance de profession, nous présente Afro Kidz Style, un magazine web entièrement dédié à l’enfance afro et aux familles noires vivant en France.

Biloa Magazine : Bonjour, pouvez-vous vous présenter ainsi que votre parcours professionnel?

Elsa Rakoto : Bonjour, je suis Elsa Rakoto, une jeune maman d’une fille de 4 ans et demie. Dans la vie de tous les jours, je suis rédactrice web freelance. J’ai atterri dans le milieu du web, de la photographie et de la communication par pure passion (je blogue depuis que j’ai 15 ans !). Je suis une autodidacte qui n’a pas trouvé sa place dans le monde du salariat !

Biloa Magazine : Nous avons découvert votre projet Afro Kidz Style suite à la publication sur votre blog Leonatherapy.com d’un article traitant de la violence éducative au sein des communautés afro. Qu’est ce qui vous a motivé à écrire sur ce sujet de société?  

Elsa Rakoto : C’est d’abord mon histoire personnelle qui m’a poussé à résoudre ces questionnements car la violence éducative ordinaire est quelque chose que je ne souhaite pas transmettre à mes enfants. Cette violence ordinaire était une véritable institution dans l’atmosphère familiale dans laquelle j’ai grandi, que je le veuille ou non c’est une partie de moi que je vois quand je me regarde dans le miroir, qui est destructrice et que j’ai décidé de combattre et non d’encenser. Et je me suis bien vite rendue compte qu’il ne suffisait pas de décréter que j’étais contre le fait de taper un enfant pour ne pas le faire. On n’efface pas comme cela des années de dressage, de conditionnement et de soumission à un système de communication violent, cela nécessite du dialogue, du temps, des recherches, de la réflexion, de la patience, de l’amour, un travail sur soi-même, mais aussi sur la société dans laquelle on vit.

Afro Kidz Style est un média qui répond au besoin d’une reconnaissance des spécificités des familles noires en France

En ce qui concerne les violences éducatives ordinaires dans les communautés afro, je fais partie des gens qui sont totalement morts de rire quand j’entends des humoristes noirs aborder ses sujets, comme Thomas N’Gigol ou le très jeune Salifou, dont les vidéos postées sur sa page Facebook abordent souvent la question des violences de manière très poussée. C’est tellement du vécu, en tant que noire je m’identifie totalement aux situations racontées par ces humoristes. Il y a même un côté sadique qui interfère dans la lecture de ces sketchs, la place de témoin aidant à faire ressurgir des réflexes de survie mentale induits par les violences éducatives ordinaires. Je pense que c’est ce qui fait que ce genre de sketch marche. On finit par rire de cette souffrance, à défaut d’en pleurer. C’est très caricatural, il s’agit souvent de la figure du père avec sa ceinture qui use de violence envers son fils dans différentes scènes de vie ordinaire. On se rend compte à travers le prisme de l’humour qu’il y a énormément de codes qui découlent de l’éducation à l’africaine, car souvent les gens ont tendance à opposer celle-ci à l’éducation à l’européenne. Et malheureusement la violence en fait souvent partie.

Il est pourtant possible d’éduquer un enfant sans violence tout inculquant le respect des anciens, des ancêtres et des règles en société. Pour ma part j’ai infiniment plus de respect envers les anciens qui m’ont appris à dialoguer et à exprimer mes idées et mes émotions plutôt qu’envers ceux qui se sont imposés par la terreur et qui ne se remettent pas en question une seconde.

La libération des mentalités aliénantes pour l’être humain noir issu de la diaspora africaine de la colonisation et de l’immigration doit passer tout d’abord par une éducation bienveillante et non pas avilissante. J’ai la conviction profonde que ce n’est pas le monde qui est fait de violences mais que c’est nous qui en faisons un monde violent.

Biloa Magazine : Afro Kidz Style est un magazine web qui s’adresse aux parents d’origines afro-caribéennes. Pourquoi lancez-vous une telle initiative? 

Elsa Rakoto : Il y a un vide sidéral en matière de médias destinés au monde de l’enfance afro francophone, comme si l’enfant noir n’était pas digne d’intérêt. Il y a pourtant un vrai enjeu pédagogique, surtout dans le climat politique actuel où les questions d’identité nationale reviennent sur le tapis à chaque fois. Pourtant on peut être un enfant noir, vivant en France depuis sa naissance, de nationalité française par filiation, et être renvoyé à chaque moment à sa couleur de peau où à son origine étrangère. Les familles noires sont sommées de se reconnaître dans les médias mainstream même s’il y a très peu de représentations réalistes de noirs, même si les communautés noires sont si diverses et complexes qu’elles ne tiennent pas dans l’invisibilisation des spécificités noires mise en œuvre dans ce système et qu’on peut toujours lire des articles à base de « nos chères têtes blondes ». Afro Kidz Style est un média qui répond au besoin d’une reconnaissance des spécificités des familles noires en France, du manque d’information, du manque de représentation, et d’une volonté de transmission culturelle et de l’estime de soi.

Biloa Magazine : Est-ce un projet bénévole ou une création d’entreprise ? Et Comment envisagez-vous de rentabiliser votre site? 

Elsa Rakoto : C’est un projet totalement bénévole, il n’y a pas de modèle économique. Pour rester cohérente, je ne souhaite pas travailler avec des régies mainstream. Pour faire vivre économiquement ce magazine, l’idéal serait de trouver une régie publicitaire spécialisée dans les marques d’entrepreneurs noirs qui ont des produits destinés à la communauté noire, ce que je n’ai pas trouvé. Pour l’instant ce projet est plus une initiative qui part d’un vrai besoin existentiel et militant qu’un projet d’entreprise, sinon je ne l’aurais pas fait. Je le développe pendant mon temps libre en dehors de mes missions, comme je le fais avec mon blog par exemple.

Biloa Magazine : Quand on lit votre slogan, la mode enfantine afro semble être le sujet central de votre projet. Pourquoi ce choix?

Elsa Rakoto : Le slogan a été changé quand le site a été lancé fin mai, remplacé par : « le mag pour l’enfance afro ». Effectivement, le nom Afro Kidz Style est trompeur car il ne s’agit pas seulement de mode mais principalement de style de vie.

Biloa Magazine : Quelles importances auront les autres rubriques du site, Lifestyle et Société, en terme de contenu? 

Elsa Rakoto : La même importance que les rubriques Mode et Loisir, si ce n’est plus, car ce sont celles qui m’intéressent le plus.

Biloa Magazine : Le projet se concentrant sur le multiculturalisme en France, est-ce qu’on trouvera aussi des sujets internationaux? 

Elsa Rakoto : Afro Kidz Style est vraiment centré sur les afro-descendants francophones vivant en France hexagonale ou sur les territoires d’Outre-Mer. La question du multiculturalisme en France est donc centrale. Je suis fascinée par la richesse culturelle, historique et esthétique des peuples noirs, et les sujets de la transmission des cultures africaines malgré l’esclavage, la colonisation, de déracinement, l’immigration me semblent d’une importance capitale.

Il se peut que je traite de sujets internationaux, dans la rubrique actualités par exemple, quand cette actualité là concerne de près les familles afro-descendantes françaises de part leurs liens avec le continent Africain. On parle toujours des afro américains, mais pas assez des français, ce qui renforce l’impression que les noirs en France se désintéressent de ces sujets alors que pas du tout. Au contraire ils sont souvent passionnés, car tout cela remue tellement de souffrances !

Biloa Magazine : Quels sont les profils des personnes qui collaborent avec vous à ce jour? 

Elsa Rakoto : Je suis seule sur le projet, je m’occupe de tout de A à Z, du développement web, à la gestion de contenus textes, photos, vidéos. Mais plus pour longtemps j’espère.

Biloa Magazine : Cherchez-vous des collaborations ? Si oui, dans quel(s) domaine(s)? 

Elsa Rakoto : Oui, je cherche à m’entourer de personnes talentueuses qui croient en ce projet pour former une équipe éditoriale bénévole. Par exemple, des graphistes, illustrateurs.trices, rédacteurs.trices, community managers. J’ai déjà été contactée par quelques personnes enthousiastes et j’espère qu’il y aura une suite car pour qu’Afro Kidz Style se développe, il faut que je délègue au maximum et que le site devienne participatif. C’est ma volonté depuis le départ, et mon objectif à long terme.

Biloa Magazine : Merci pour vos réponses, souhaitez-vous faire un dernier commentaire? 

Elsa Rakoto : Merci à Biloa-Magazine pour son précieux site qui soutient les entrepreneuses afro!

Site web : Afrokidzstyle.com

Laisser un commentaire

Vous pourrez aimer aussi

fr_FRFrench
fr_FRFrench