Entretien avec N’Nabintou Touré, co-fondatrice du label Nova Angola Production

single-image

Découvrez le parcours de N’Nabintou Touré, co-fondatrice du label artistique marseillais Nova Angola Productions, et également reine de cœur de la Journée internationale de la Femme Africaine 2015.

NABINTOU TOURE

Découvrez le parcours de N’Nabintou Touré, co-fondatrice du label artistique marseillais Nova Angola Productions, et également reine de cœur de la Journée internationale de la Femme Africaine 2015.

Biloa Magazine : C’est Grace Bailhache, porteuse du projet Renaissance 31 Juillet célébrant la Journée internationale de la Femme africaine qui vous a recommandée auprès de Biloa Magazine pour cette interview parce qu’elle vous avait également choisi pour être l’une des reines de cœur de l’événement. Qu’est ce que cela représente pour vous? 

N’Nabintou Touré : Pour tout vous dire, c’est une fierté et un honneur pour moi d’être l’une des Reines de cœur de la Journée de la femme Africaine. L’initiative de Grace Bailhache est honorable, j’ai donc tout naturellement accepté son invitation que j’ai d’ailleurs prise pour une blague au début tellement l’aventure me semblait trop belle. Sa proposition a été un beau cadeau d’anniversaire. [NDLR : Grace Bailhache l’a contacté le jour de son anniversaire le 9 mai pour lui annoncer la nouvelle]

Biloa Magazine : Quel est votre parcours professionnel? 

N’Nabintou Touré : J’ai un parcours professionnel qui sort un peu des sentiers battus malgré mes 22 printemps. Réfractaire au système scolaire et à l’ordre établi, j’ai décidé d’entrer dans la vie active dès que j’en ai eu l’occasion.

J’ai donc entamé un Service Civique en France pendant 9 mois durant lesquels j’ai été volontaire au sein d’une web-Tv participative du nom de  ” Anonymal Tv” qui avait pour vocation de donner la parole aux minorités sociales et autres. J’ai notamment intégré l’Institut du Service Civique en tant que lauréate.

En parallèle j’ai travaillé durant 9 mois en tant qu’assistante de commissaire d’exposition sur un projet d’art contemporain lorsque Marseille fut Capitale Européenne de la Culture en 2013 (exposition qui à pris vie au Musée Granet d’Aix-en-Provence). 

Après ces expériences fort enrichissantes, j’ai décidé de reprendre mes études…ça fait bien d’avoir un diplôme parait-il ! J’ai donc effectué une formation en tant que Chargée de Management Artistique et Culturel, Bac+2 que je viens d’obtenir. C’est d’ailleurs dans le cadre de cette formation durant une période de stage que j’ai intégré Nova Angola Productions. [NDLR : N’Nabintou a intégré l’équipe quand c’était encore qu’un label musical et elle a participé à la création de la nouvelle formule du label produisant des Web-séries]

Biloa Magazine : Pouvez-vous nous présenter votre label Nova Angola Productions ainsi que l’équipe? 

N’Nabintou Touré : Nova Angola Productions est un label artistique indépendant spécialisé dans la productions de web-séries afro. Nous sommes dans un état d’esprit d’auto-détermination, nous avons décidé de raconter nos histoires par nous mêmes, pour nous mêmes, d’où notre slogan “Vivez l’expérience Noire du quotidien”. 

Nova Angola est composé d’Abdou X, directeur fondateur et réalisateur, Makeda Honoré comédienne et coordinatrice de projet, moi-même N’nabintou Touré, co-fondatrice et chargée du développement, ainsi qu’Emilie Libos qui intervient dans le processus créatif de nos productions. Nous avons aussi une équipe locale implantée à Marseille qui participe au financement du label et intervient en soutien sur le terrain.

Biloa Magazine : Pourquoi avoir choisi d’évoluer de label musical à la production de web-séries sur “l’expérience noire au quotidien”?

N’Nabintou Touré : L’évolution s’est faite tout naturellement. Nous sommes partis du constat que personne n’était positionné sur ce créneau et qu’il était important que nous ayons le contrôle de notre image et de ce que l’on souhaite véhiculer avant que d’autres n’en aient le monopole.

Nous avons pour devoir de rester maître de ce que nous sommes, car l’image que l’on renvoie à un impact très important sur notre positionnement par rapport au monde qui nous entoure. Nous en avons eu l’exemple dans le milieu musical par exemple, avec la culture hip-hop qui était très revendicatrice à ses débuts mais s’est petit à petit faite récupérer et est devenue mercantile, dénuée de tout message profond. Nous ne souhaitons pas qu’il se reproduise le même résultat avec les web-séries, qui est un nouveau créneau porteur et dans lequel tout reste à faire. C’est donc tout logiquement que nous avons évolué de label musical à label artistique spécialisé dans la production de web-séries Noires faites par des Noirs. Puis nous n’avons pas abandonné notre vocation première puisque nous continuons à produire des artistes musicaux.

Biloa Magazine : Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer lors de la création de votre label? Et comment les avez-vous surmontées?  

N’Nabintou Touré : L’année 2014 a été une vraie expérience laboratoire durant laquelle nous avons testé différents projets qui ont été de véritables échecs. Mais avec l’aide de notre détermination nous avons su utiliser ces échecs comme des leçons qui aujourd’hui nous permettent d’avancer vers la réussite dans nos diverses réalisations. C’est cette auto-détermination qui nous permet aujourd’hui de nous imposer comme un label artistique prometteur composé d’êtres passionnés et résolus à promouvoir l’Excellence Noire. Comme dit un proverbe Africain “au bout de la patience il y a le ciel”. Baisser les bras ne fait pas partie du règlement intérieur de Nova Angola.

Biloa Magazine : Quel est votre business modèle étant donné que vos productions sont diffusées gratuitement sur le web? 

N’Nabintou Touré : Nous proposons actuellement des web-séries intégralement auto-financées par les membres de Nova Angola Productions. Notre objectif à long terme étant de faire fructifier notre travail, nous avançons bien évidemment vers un business plan plus élaboré. Nous ne pouvons en dire d’avantage sur ce point, car si tout le monde sait où nous allons, on ne nous laissera pas y aller. Mais nous permettrons très prochainement à nos abonnés de participer financièrement via une campagne de crowdfunding comprenant deux forfaits, qui sera lancée ce 31 Juillet, Journée de la Femme Africaine, en même temps que la série Nappy Life. Des forfaits mensuels sans engagement de durée, pour lesquels de véritables exclusivités seront proposées en retour, en guise de remerciement.

Biloa Magazine : Proposez-vous vos services de production / réalisation à d’autres entreprises?

N’Nabintou Touré : Nous les proposons déjà et quelques artistes indépendants ont déjà bénéficié de production de vidéo-clip réalisés par nos soins. Nous sommes un label artistique ainsi nous ne nous limitons pas à la productions de séries et sommes aptes à réaliser des documentaires, des reportages, des shooting photos, des publicités et des tas d’autres projets pour lesquels la Nova Angola “touch” saura faire la différence. Nous n’en sommes qu’à nos débuts et notre but est bien évidemment de promouvoir la culture Noire dans son ensemble.

Biloa Magazine : A ce jour vous avez produit et diffusé deux web-séries, Ramata et Family Affair. Quel a été l’accueil des internautes? 

N’Nabintou Touré : Ramata et Family Affair sont deux projets bien distincts. Nous accordons une grande importance à différencier chacun de nos projet même si l’objectif reste le même à savoir: partager notre quotidien de femmes et d’hommes Noirs.

Ramata est une série avec une réalisation de type cinématographique qui traite des tribulations sentimentales d’une femme Noire, tandis que Family Affair est une série plus expérimentale, dans laquelle les comédiens se filment eux-mêmes. 

De fait, Ramata a suscité plus d’engouement que Family Affair. Mais il est vrai que le public Français n’est pas habitué à ce qui sort des cadres établis, et il est difficile de faire apprécier ici de tels projets avec de nouveaux codes, contrairement à ce qui se fait Outre-Atlantique. Ce sont donc 2 séries de qualité et novatrices que nous avons produites. Cependant l’une étant beaucoup plus expérimentale que l’autre, cela demandera un peu plus de temps qu’elle puisse être appréciée à sa juste valeur. Comme tout ce qui est avant-gardiste!

Biloa Magazine : Ce 31 juillet, vous lancez votre nouvelle série Nappy life, pouvez-vous nous en parler? 

N’Nabintou Touré : Nappy Life est LA nouvelle série de la femme Noire.  Dans cette série qui nous a été proposée par les blogueuses nappy, Emilie Libos et Cathy Domeni alias ” Les Filles de Kemeta” nous abordons le sujet sensible que peut être la chevelure de la femme Noire, mais toujours de façon humoristique. Malgré les réels problèmes évoqués durant les quatre minutes que durent chacun des 6 épisodes de cette première saison, notre rôle n’est pas d’imposer UNE vision sur ce sujet là, mais bien de créer un éveil et une curiosité afin de partager le quotidien des Nappy girls. Donc toujours honneur à la femme Africaine en ce 31 Juillet avec le lancement de Nappy Life.

NAPPY LIFE SERIE NNABINTOU TOURE VERSUS NOVA ANGOLA PRODUCTIONS

Biloa Magazine : Merci pour vos réponses souhaitez-vous faire un dernier commentaire? 

N’Nabintou Touré : Un grand merci à Biloa Magazine pour cette belle interview et pour votre démarche de promotion et revalorisation des initiatives des femmes actives Afro-descendantes. Un clin d’œil à Grace pour ce beau projet et je terminerais en disant qu’il va falloir compter avec Nova Angola Productions pour les années à venir car nous souhaitons être THE référence dans la production audiovisuelle Noire francophone.

Plus d’info :