Entretien avec Francine Cinaa Titi, fondatrice d’une compagnie de danses multiculturelle

single-image

Passionnée de danses depuis l’enfance, Francine Cinaa Titi a monté sa propre compagnie de danses multiculturelle à Paris tout en continuant ses études. La jeune femme souhaite ainsi développer une structure rentable qui lui permettra de financer son activité associative de promotion des danses africaines. Découvrez son interview-portrait.

Francine Cinaa Titi et ses danseuses
Francine Cinaa Titi (au centre) et ses danseuses

Passionnée de danses depuis l’enfance, Francine Cinaa Titi a monté sa propre compagnie de danses multiculturelle à Paris tout en continuant ses études. La jeune femme souhaite ainsi développer une structure rentable qui lui permettra de financer son activité associative de promotion des danses africaines. Découvrez son interview-portrait.

Biloa Magazine : Quel est votre parcours, votre formation initiale?  

Francine Cinaa Titi : J’ai suivi un BTS Assistante Manager en alternance, et cette année je souhaiterais obtenir une licence Management des organisations.

Biloa Magazine : Comment vous est venue l’idée de créer votre compagnie de danses? 

Francine Cinaa Titi  : Depuis toujours, je suis passionnée de danse !  L’idée de créer une compagnie de danse m’est venue naturellement après avoir réalisée qu’il n’existait aucune structure qui se rapprocher de mes envies en terme de danse. En effet, j’aime par exemple mélanger et pratiquer plusieurs styles de danses, or les cours de danse actuels ne permettent pas cette fusion.

De plus, les déceptions rencontrées au sein de groupes de danse ont réconforté mon choix d’acquérir ma propre organisation de danse avec mes codes, mes valeurs et ma façon de ressentir la danse.

Biloa Magazine : Pourquoi avoir choisi comme nom Cinaa Titi? Quelle en est la signification? 

Francine Cinaa Titi  : La signification de CINAA TITI est très simple. « Cinaa » c’est le résultat d’une recherche accrue lorsque j’avais 12/13 ans et que c’était à la mode d’avoir un surnom.  Pour en avoir un, on inversait son prénom sauf que moi ça donnait « cinefran »… Franchement horrible ! J’ai donc coupé en deux et rajouter les fameuses deux lettres « aa » élément orthographique très stylé à l’époque.

Quant à « Titi » c’est mon surnom. Ma famille et amis proches m’appellent ainsi. J’aime beaucoup cette idée de garder le surnom de mon enfance, moment où ma passion s’est décuplée.

CT_PROD photosBiloa Magazine : Pouvez-vous nous présenter le concept de votre compagnie?

Francine Cinaa Titi  :  Le premier projet de la Cgnie Cinaa Titi est l’animation de mariage.

La culture africaine, plus précisément congolaise, donne un rôle primordial à la danse au sein d’un mariage. Les mariés sont accompagnés lors de leur ouverture de Bal par une ribambelle de danseuses. Il y a presque toujours un groupe qui réalise une prestation de danse lors de la fête. C’est cet aspect qui m’a toujours fascinée et que je souhaitais rendre plus professionnel, mettre en avant et le faire découvrir à d’autres cultures…

Biloa Magazine : Combien de personnes travaillent avec vous sur ce projet ?  

Francine Cinaa Titi  : Je travaille en binôme sur tous les sujets (réflexion/stratégie, mise en œuvre de projets, communication…) avec ma meilleure amie Minata. Pour la validation de projets, une petite équipe de réflexion occasionnelle m’appuie, elle est composée de trois personnes ayant un point de vue externe à ma compagnie (Emile, Sidiki et Rostand).

En ce qui concerne la danse elle-même, je gère les danseuses et  je travaille seule mes chorégraphies. Cependant, ma petite sœur Anne intervient dans ce processus. Actuellement, la compagnie compte 12 danseuses âgées de 16 à 39 ans. Les recrutements sont ouverts aux filles et tout récemment aux garçons.

Biloa Magazine : Dans quels régions intervenez-vous ? Et quels sont vos tarifs ?  

Francine Cinaa Titi  : Nous intervenons sur toute l’Île-de-France et dans les pays limitrophes moyennant un coût supplémentaire pour le déplacement.

Nos tarifs varient selon les options sélectionnées : nombre de danseuse, formule choisie (ouverture de bal, flash mob, invitation/initiation à la danse, spectacle avec les mariés etc.), la distance parcourue…

Biloa Magazine : Comment travaillez-vous les chorégraphies pour vos clients ?  

Francine Cinaa Titi  : Les chorégraphies sont créées ou revisitées selon le désir du client.

  1. Le client nous explique le(s) style(s) chorégraphique(s) et la/les musique(s) voulue(s)
  2. Je crée une/des chorégraphie(s) que j’apprends aux danseuses
  3. Le client a le choix de se déplacer directement à notre salle de répétition que nous privatisons pour lui seul, et où nous pourrons régler tous les détails.

Nous restons en contact permanent avec le client pour répondre aux mieux à ses exigences.

Biloa Magazine : Pour être au point le jour J, combien de temps à l’avance les personnes intéressées doivent vous contacter ?  

Francine Cinaa Titi  : Pour les personnes intéressées, je conseille de nous contacter le plus tôt possible pour pouvoir s’organiser au mieux car nos prestations comprennent :

  • la création de chorégraphie,
  • des rdv avec les mariés,
  • la sélection des tenues de scène,
  • la réalisation d’un mix de musique par un DJ, etc.

Biloa Magazine : Merci pour vos réponses souhaitez-vous faire un dernier commentaire?  

Francine Cinaa Titi : Un grand merci à Biloa Magazine de nous avoir accordé cette interview et d’avoir être attentif à notre projet !

Restez connectés, de nouveaux projets arrivent dès la rentrée 2015…

Lire en complément : le communiqué de presse de la compagnie Cinaa Titi

Plus d’infos sur :