Lauryn Hill en pleine rédemption

single-image

Vingt ans après la sortie du deuxième album de son groupe Fugees, “The Score”, Ms. Lauryn Hill était sur la grande scène de la Fête de l’Humanité le 9 septembre 2016. Le public de La Courneuve a redécouvert l’une des plus grandes voix soul de ces dernières années.

09092016-dsc_0017

Lauryn Hill n’a rien perdu de son talent. Un peu moins de punch sur scène, mais toujours ce grain intact dans la voix qui vous irise les poils. Ce timbre brisé, ce flow, cet amour du rap et de la soul… Lauryn est toujours la chef. Leader d’un orchestre de musiciens talentueux.
A 41 ans, l’ex membre des Fugees a enflammé le public de l’Huma. Un medley d’anciens titres de “The Score” au coeur d’un set d’1h15, et le tour est joué. S’en suivent ovation et moult éloges pour cette artiste totale, du chant au rap en passant par ses compositions à la guitare. Pour les trentenaires ayant grandi dans les années 90, c’est comme un soulagement d’assister au retour en grâce d’une femme plombée ces dernières années par les rumeurs et les ennuis avec le fisc. La veille, elle avait déjà reconquis ses fans, en participant à l’hommage à Fela Kuti organisé à La Villette, aux côtés de Seun Kuti, Ibeyi ou encore Cheick Tidiane Seck. Un mois après son “Ready or Not” d’anthologie sur le plateau de l’émission culte Austin City Limits.

Photo FD
Photo FD

Cheveux ras, Lauryn semble avoir retrouvé sa hargne, qui peut également lui faire défaut quand elle s’adresse à ses musiciens, très secoués vendredi soir. Lauryn n’a jamais été très souriante ni sympathique. Simplement bouillante et vacillante. Chez elle, tout ne sera jamais réglé. Comme le prouve la fin de son concert, sans le moindre rappel. Pendant ce temps, une jeune pousse germano-nigérianne, nommée Nneka, parcourt les festivals d’Europe. N’attendant point qu’on lui transmette le flambeau.

Florian Dacheux

Photo FD
Photo FD