On y était… Exposition Beauté Congo à Paris

Découvrez quelques unes des œuvres présentées à Paris à l’exposition Beauté Congo à travers le reportage de notre correspondante Josiane. (Photos)

Découvrez quelques unes des œuvres présentées à Paris à l’exposition Beauté Congo à travers le reportage de notre correspondante Josiane.

Beauté Congo - expo 3J’ai enfin eu l’occasion de me rendre à la fameuse Exposition Beauté Congo de la Fondation Cartier qui a commencé cet été. Initialement, l’exposition était prévue de juillet à novembre 2015 mais sa date de clôture a été repoussée au 10 janvier 2016 dû à son franc succès !

Beauté Congo - expo 2

Je dois avouer que j’ai beaucoup apprécié la densité des œuvres d’art exposées illustrant la culture populaire de la République Démocratique du Congo. Etant congolaise d’origine mais ayant toujours vécue à l’extérieur du pays, j’étais émue de voir les tableaux empreints d’un humour non seulement africain mais typiquement congolais, de lire des mots en lingala partout (langue la plus répandue en RDC), mais aussi de sillonner dans les couloirs de la galerie avec les cantiques populaires du pays, que nos parents avaient l’habitude de chantonner, dans les oreilles.

Beauté Congo - expo 4

Ce qui est davantage attrayant avec cette exposition est la diversité de son public. On y trouve à la fois des visiteurs de tout âge, de toutes origines et de toutes cultures intéressés et curieux de comprendre les secrets des tableaux et de leurs artistes à travers les œuvres et les documentaires projetés.

Beauté Congo - expo 9

De plus, les prix d’entrée sont nettement abordables et accessibles par tous. Par conséquent, j’encourage vivement tous ceux qui ont entendu parler de cette exposition ainsi que tous ceux qui envisageaient déjà de s’y rendre sans trouver le temps, à sauter le pas. Josiane - correspondante Biloa Magazine

Vous nous en direz des nouvelles. Pour ma part, j’ai bientôt l’intention d’y retourner !

Retrouvez et partagez toutes les photos de l’expo sur notre page Facebook.

Texte écrit par Josiane, correspondante à Paris de Biloa Magazine

Crédits photos Josiane / Biloa Magazine