On y était… Salon Who’s Next

single-image

Invité par la marque Caran Paris, Biloa Magazine s’est rendu le dimanche 6 septembre 2015 à l’événement “Who’s Next” qui s’est déroulé à Paris au Parc des expositions de la Porte de Versailles. Découvrez le compte-rendu d’Adèle qui a assisté à l’événement.

Caran Paris - salon Who's next 2015

Invité par la marque Caran Paris, Biloa Magazine s’est rendu le dimanche 6 septembre 2015 à l’événement “Who’s Next” qui s’est déroulé à Paris au Parc des expositions de la Porte de Versailles. Découvrez le compte-rendu d’Adèle qui a assisté à l’événement.

Le salon Who’s Next a pour objectif de mettre en lumière des jeunes créateurs de la mode française mais aussi internationale. Il permet de faire découvrir aux passionnés et professionnels de la mode, et en avant première les prochaines tendances.

Pour cette édition de septembre 2015, le salon était organisé de la manière  suivante :

  • au 1er étage les créateurs de mode à tendance européenne majoritairement;
  • et au niveau -1 nous retrouvions les créateurs à tendance ethnique, indienne – pakistanaise.

Parmi eux, étaient présents des créateurs qui représentaient le continent Africain sur le stand de la plateforme AFRIKREA. Cette plateforme donne l’opportunité aux jeunes créateurs spécialisés dans la mode afro de vendre leurs pièces sur un même site Web.

Salon Who's Next 2015

Johan Lequien, PDG de la marque CARAN Paris était présent à ce stand. Sa marque propose des vêtements  en wax haut de gamme qui se démarquent par un style “Afropéen” réussissant l’Italie, la France et l’Afrique. A travers ses créations, CARAN souhaite mettre en valeur la femme actuelle et contemporaine.

Conférence Caran Paris - Who's NexteDurant l’événement, Johan Lequien a tenu une conférence intitulée : “Sourcing in 2016 : reinventing Fashion With 3 major innovations” c’est  à dire “Se réapprovisionner en 2016 : réinventer la mode avec 3 innovations majeures”.

Cette conférence a été riche en informations surtout  pour les personnes désirant se lancer dans l’aventure du prêt à porter ethnique. Il a expliqué par exemple que Caran associait différents types de matières tels que le wax traditionnel et la soie; et que selon lui, les clients d’aujourd’hui recherchent des produits bien faits et bien finis.

Il a aussi expliqué que les nouveaux pays fabricants sont les pays d’Afrique de l’est (Tanzanie, Éthiopie ) car la main d’oeuvre y est moins chère que l’Asie et de qualité. De grandes marques telles que H&M y vont pour produire leurs vêtements. Il reste cependant encore quelques barrières administratives.

Johan Lequien nous a appris que les pièces de Caran étaient majoritairement fabriquées au Maroc car grâce à des accords de libre-échange avec la France, les démarches administratives et l’acheminement de la marchandise se font plus facilement et plus rapidement. Une commande faite le lundi par exemple peut être réceptionnée le vendredi de la même semaine.

Il a aussi abordé les autres façons de consommer la mode, comme par exemple le fait de louer des vêtements afin de porter toujours les dernières tendances. Ce concept existe déjà en Amérique du Nord.

Notre avis :

Même si nous avons rencontré quelques péripéties pour intégrer le salon, l’événement est un mélange des genres qui permet aux jeunes marques de gagner en visibilité et en notoriété, et notamment de se faire connaître auprès des acheteurs internationaux.

On trouve cependant dommage que les stands représentant la mode afro ou ethnique n’étaient pas assez mis en valeur.

Texte écrit par Adèle, correspondante à Paris de Biloa Magazine