Entretien avec Gwladys Ketchemen, participante au programme CESOC “Accroître la prospérité des femmes immigrantes”

single-image

Dans la région Ottawa-Gatineau au Canada, un programme s’intéresse au parcours d’intégration des femmes immigrantes francophones. Gwladys Ketchemen, participante du programme, nous en explique les enjeux.

Gwladys KetchemenDans la région Ottawa-Gatineau au Canada, un programme s’intéresse au parcours d’intégration des femmes immigrantes francophones. Gwladys Ketchemen, participante du programme, nous en explique les enjeux.

Biloa-magazine.com : Pouvez-vous présenter (formation, parcours)?

Gwladys Ketchemen : Je suis diplômée d’une maîtrise en gestion de projets obtenue en France et actuellement gestionnaire de projets pour une compagnie d’édition de logiciels de gestion de projets dans la région Ottawa Gatineau au Canada.

Biloa-magazine.com : Vous participez au programme “Accroître la prospérité des femmes immigrantes”  financé par Condition Féminine Canada et géré par le Conseil Économique et Social d’Ottawa-Carleton (CÉSOC). Pourquoi ce programme a t-il été lancé et quel est votre mission au sein de ce programme?

Gwladys Ketchemen : Le programme à été lancé suite à un constat de la marginalisation ou du frein au développement de la femme immigrante francophone dans la région Ottawa-Gatineau.

Ma missions au sein du programme est de recruter les femmes francophones immigrantes afin de mettre en place ENSEMBLE des stratégies pouvant faciliter l’insertion académique, professionnelle, familiale de toutes les femmes francophones de la région.

Biloa-magazine.com : Le développement de l’entrepreneuriat auprès des femmes immigrantes fait-il partie des objectifs du programme? 

Gwladys Ketchemen : Oui, c’est même l’un des points qui revient très souvent lors de nos ateliers de recueil de besoin de la femme immigrante.

Biloa-magazine.com : Recherchez-vous encore des femmes pour participer au programme? Si oui comment y participer?

Gwladys Ketchemen : Oui, nous sommes encore de la recherche de femmes. Toutes les femmes intéressées à participer au programme et qui vivent dans la région Ottawa Gatineau sont les bienvenues. 
Vous pouvez tout simplement contacter Mayra Gutiérrez au CÉSOC : 202-649 Montreal Road, Ottawa K1K 0T4 – tél. : 613-248-1343.

Biloa-magazine.com : Quelles différences observe-t-on dans le parcours d’immigration d’une femme par rapport à celui d’un homme immigrant? 

Gwladys Ketchemen : Ce parcours dépend du contexte, selon que la femme immigrante est mariée ou non. Si elle est mariée, son intégration dépendra de sa culture, la place qu’occupe une femme dans le foyer.
Parlant d’un homme immigrant et d’une femme immigrante à part entière, on observe une insertion rapide de la femme immigrante sur le marché du travail.

Biloa-magazine.com : Par rapport à votre propre expérience, quels conseils donneriez vous à une femme souhaitant immigrer au Canada et particulièrement dans la région d’Ottawa? 

Gwladys Ketchemen : Je dirai tout simplement que la femme a beaucoup de potentiel dont la facilité à s’adapter aux changements tels que l’immigration. Et le Canada, en l’occurrence la région Ottawa Gatineau est propice à l’accroissement de la prospérité de telle femme.

Biloa-magazine.com : Merci pour vos réponses, souhaitez vous faire un dernier commentaire ?

Gwladys Ketchemen : Ce projet est un vecteur de communication sur les blocages de la langue pour la femme immigrante, c’est l’occasion d’informer le gouvernement sur les réalités terrain de la femme immigrante. Cela éviterait par exemple de produire des documents à destination des immigrants pensés par le gouvernent mais pensés par NOUS, les femmes immigrantes francophones.

Plus d’info sur le programme sur le site du CESOC.